Sur quels critères choisir ses missions en entreprise ?

Ecrit par Marc Laliat
le 20 septembre 2022

consultant

[mailpoet_form id= »1″]

La société de Conseil LittleBig Connection* a réalisé une étude sur les priorités des indépendants en 2022, lors du choix des missions et des entreprises avec lesquelles ils vont travailler.

Les attentes des freelances vis-à-vis de leurs missions

Les freelances placent l’intérêt du projet avant la rémunération

Pour sélectionner une mission – dans le cadre d’un appel d’offre par exemple -, le critère n°1 avancé par la majorité des indépendants est l’intérêt de la mission et « leur quête de sens » ; 43% des répondants placent ce critère en 1ère place (avant la rémunération, en 2ème place) ;

La rémunération reste bien sûr un critère prioritaire. En effet, 27% des freelances interrogés la place en 1ère position comme critère de choix.

Enfin, à l’ère du travail hybride (combinaison de présentiel et distanciel), la flexibilité des conditions de travail est aussi un critère important pour les indépendants : 17% d’entre eux le classent au numéro 1.

L’importance des informations fournies sur une offre de mission

Selon l’étude, les indépendants souhaiteraient accéder à un niveau de détail plus précis sur la mission qu’ils projettent de réaliser. On distingue 4 types d’informations précises citées par les interrogés :

  • La structure de l’entreprise, l’organigramme et la position des freelances par rapport à la hiérarchie interne
  • Les équipes de mission, avec en particulier les profils des participants à la mission et l’ambiance au sein de l’équipe
  • Les différentes étapes du processus de sélection et les résultats obtenus
  • La dimension RSE et les informations sur l’engagement de l’entreprise face aux enjeux sociétaux et l’impact sur la mission.

Qu’est-ce qui rend l’entreprise attractive pour les indépendants?

Travailler pour un Grand Groupe : un « plus » sur le plan commercial

Les tendances identifiées par l’enquête indiquent que la majorité des indépendants interrogés (soit 47%) ne tiennent pas compte de la taille de l’entreprise dans leurs critères. De ce fait, ils ne souhaiteraient pas travailler sur cette base.

Cependant, 33% des répondants ont déclaré préférer les missions avec de grands groupes car cela leur amène une sorte de « preuve sociale », voire de « réassurance » vis-à-vis de nouveaux clients. En clair, travailler pour un Grand Groupe permet de se positionner et attirer potentiellement de nouveaux clients !

L’innovation, un critère clé d’attractivité

Concernant les critères de sélection des entreprises, voici les résultats :

  • 41% des indépendants et freelances interrogés privilégient la capacité d’innovation de l’entreprise comme critère
  • 25% sont intéressés par les produits et services de l’organisation
  • 19 % se déclarent intéressés par la visibilité et le prestige de l’organisation
  • Seuls 15 répondants considéraient l’engagement responsable comme le critère principal. Considérons que ce paramètre tend à augmenter dans les mois à venir !

Démarrer une activité freelance avec un Grand Groupe est un « plus » car le niveau d’exigence des clients est élevé : pour un freelance, c’est l’occasion d’exprimer le meilleur de lui-même ; la majorité des indépendants apprécient l’environnement formateur et stimulant des Groupes.

Éviter d’être stigmatisé comme freelance ?

L’enquête montre que les indépendants mettent l’accent sur les bonnes conditions de travail lorsqu’ils effectuent des missions pour de grands groupes, tout en dénonçant une forme de stigmatisation attachée à leur statut.

Les voies d’amélioration pour les Grands Groupes

Si les entreprises et les Grands Groupes veulent continuer à attirer des experts indépendants, l’étude souligne les points positifs à conserver, à savoir :

  • L’ambiance générale de travail
  • Les possibilités de réaliser de nouvelles missions sous réserve de bonnes performances
  • Les conditions de travail
  • Les opportunités de remote work et télétravail.

Attention cependant, les indépendants ayant effectués des missions pour des grands groupes notent cependant des voies d’amélioration pour les Ressources Humaines des Groupes :

  • La lenteur dans le règlement de leurs factures
  • Une forme de stigmatisation des freelances du fait de leur statut, et de fait, un risque de manque de considération de leurs réelles compétences.
  • La lenteur dans les processus de sélection pour obtenir des missions
  • Une organisation interne complexe.

* Enquête menée par LittleBig Connection sur la base d’un échantillon de plus de 700 personnes représentant les indépendants de plus de 20 ans travaillant dans le numérique, l’informatique et la technologie. Voir l’étude ici :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *