Évaluez vos chances de réussite en Indépendant

Ecrit par Marc Laliat
le 6 septembre 2019

Se lancer comme Indépendant n’est pas une décision anodine. Des paramètres variés -tant psychologiques que matériels- entrent en jeu et déterminent la réussite du projet. Voici les points sur lesquels vous devez vous auto-évaluer.

Où allez-vous travailler ?

Evaluer son lieu professionnel est essentiel car vous allez y passer entre 4 et 8 heures par jour, voir recevoir des partenaires ou des clients… Mais il n’est pas utile de se précipiter à louer un bureau de ministre à un coût élevé !

Vous pouvez si votre activité le permet commencer depuis chez vous. L’idéal est alors une salle fermée afin de vous isoler de la vie familiale. Notez que cela nous vous empêche pas d’aller ponctuellement en espace de coworking afin de garder le contact avec d’autres indépendants.

Dans tous les cas, votre espace professionnel répond à deux fonctions essentielles :

  • En entrant dans ce lieu, vous revêtez vos habits d’indépendant, vous êtes « au travail ». Psychologiquement, cela vous permet de faire une coupure avec la vie privée. Même si rien n’est imperméable, autant séparer les moments entre  vie privé et vie pro.
  • Dans ce lieu de travail, vous rangez vos dossiers et il vous permet de vous organiser, d’être plus efficace.

Pour vous aider à évaluer la qualité de votre espace de travail, voici une grille d’autoévaluation.
(Accès à la grille complète d’auto-évaluation en fin d’article)

Les bons outils font les bons artisans

Vous vendez des formations ou des prestations de conseils ? Vous êtes coach et vos clients achètent avant tout votre savoir-être, votre expertise ? Vous êtes au centre de tout.

Mais que feriez-vous sans une messagerie efficace, des logiciels, une imprimante, un ordinateur et/ou un smartphone performant ? Dans la mesure du possible, il est préférable d’avoir un matériel dédié a son activité. Évitez d’utiliser l’ordinateur familial pour votre activité ou du moins imposez des règles d’utilisations afin d’éviter que votre progéniture l’utilise pour regarder Netflix ou télécharge des fichiers risquant de contenir des virus.

De plus, l’indépendant doit établir une relation entre :

  • le temps passé dans la réalisation de ses taches,
  • les outils utilisés et
  • le niveau de facturation auquel il prétend.

Il doit donc être le plus productif possible et choisir des outils qui lui permettent de gagner du temps (ou du moins ne pas en perdre) surtout si la tache se répète ou est peu rémunérée.

Quel est le niveau de soutien de votre entourage ?

Devenir indépendant, c’est bien pour vous. Mais qu’en pensent vos proches?

Se lancer comme Indépendant implique forcément les proches sur un plan financier et organisationnel. Vous devez bien sûr avoir leur soutien et les informer des conséquences possibles de ce choix afin de ne pas devoir faire face plus tard des reproches.

Pour vous aider à évaluer la qualité de votre environnement familial et professionnel, voici une grille d’autoévaluation.
(Accès à la grille complète d’auto-évaluation en fin d’article)

Soignez votre réseau

Être Indépendant ne signifie pas être solitaire… au contraire ! Votre liberté doit vous amener à travailler en réseau afin de bénéficier d’échange de compétence, d’une entraide entre pairs qui peut vous éviter des investissements onéreux et d’informations utiles sur la mise en place de vos projets (surtout sur les sujets que vous maitrisez le moins).

Le « réseau », c’est aussi l’ensemble de vos (anciens) collègues, fournisseurs ou clients qui doivent en premier lieu être informés de votre nouvelle activité car c’est eux qui permettent de trouver les premières missions !

visual-hunt-CC0 1.0 UniversalCC0-600-8

Précisez le cadre de votre nouvelle activité

  • Êtes-vous au clair sur les statuts ?
  •  Souhaitez-vous vendre des prestations intellectuelles,
  • Voulez vous conserver vos droits au chômage et continuer à cotiser pour votre retraite cadre ?
  • Etes-vous capables de gérer de l’administratif (faire face aux contraintes dénoncées par les indépendants qui ont choisi le RSI)… ?

Bref, toutes ces questions doivent être posées afin de déterminer le bon statut. Si vous avez des doutes, il est sans doute préférable d’envisager une évolution dans votre cadre d’intervention.

Cela est possible avec le portage salarial qui permet de démarrer sans contraintes une activité et envisager plus tard d’autres solutions.

Avez vous de la trésorerie et un plan de financement ?

C’est bien sûr un point essentiel pour être serein durant la recherche de missions ou de clients. Apport personnel, emprunt ou subvention peuvent vous aider pour démarrer votre activité.

Pensez aussi à ne pas vous couper trop vite de vos revenus réguliers : si vous êtes salarié, pensez à tester votre activité avant de démissionner.

Sachez qu’il est possible de cumuler un emploi et le portage salarial sous certaines conditions. Réfléchissez au bon timing, c’est crucial.

Enfin réfléchissez au niveau de vie que vous souhaitez dans 3 ans et validez que votre projet tel que défini vous permet de l’atteindre.

Pour vous aider à évaluer votre cadre d’activité, voici une grille d’autoévaluation.
(Accès à la grille complète d’auto-évaluation en fin d’article)

Coté Psychologie : avez vous le mental et la motivation?

Et oui, avez-vous le mental pour travailler en solo? Vous êtes au centre de votre activité et votre personnalité doit vous permettre de travailler efficacement souvent seul et parfois isolé.

Comment allez vous réagir si vous rencontrerez un échec, si les missions ne tombent pas tout de suite… ? Vous devez évaluer votre motivation et votre capacité à rebondir !

computer-CC0 Creative Commons

Chaque entrepreneur en solo à une histoire particulière. L’important est de bien connaitre la raison qui vous pousse à vous lancer :

  • est-ce un choix d’émancipation,
  • l’aboutissement d’une réflexion,
  • un besoin de reconversion,
  • une aspiration soudaine,
  • une réaction à un problème récent ?

L’essentiel est bien sûr de ne pas faire ce choix par défaut, pour fuir une situation. Au contraire, la bonne démarche passe par la construction d’un projet afin notamment d’anticiper les besoins financiers au départ.

Le savoir utile

Quand l’indépendant lance son activité, il s’aperçoit rapidement qu’il ne possède pas toute les compétences de gestion d’une entreprise, car ses emplois précédents l’ont spécialisé dans telle ou telle activité.

Un checkup de ses connaissances est utile afin d’identifier ses lacunes. Chaque Indépendant doit devenir un multi-spécialiste. Il doit en plus de ses propres expertises maitriser un minimum les paramètres de l’Entreprise :

  • marketing,
  • commercial,
  • négociation,
  • administratif,
  • compatibilité…

Autant comprendre toutes ces notions pour éviter de se retrouver dépourvu.

Rassurez-vous, au delà du Savoir, il existe deux facteurs de réussite :

  • le bon sens qui est essentiel pour les indépendants
  • un bon réseau de partenaires pour pallier à ses manques (du moins au départ).

Pour vous aider à évaluer votre mental, voici une grille d’autoévaluation.
(Accès à la grille complète d’auto-évaluation en fin d’article)

Vous avez la phobie de l’administratif ?

Bien sûr, l’administratif n’est jamais le sujet le plus prisé mais il est indispensable pour répondre à un appel d’offre, proposer un devis, gérer le financement d’une formation, relancer des factures…

Soyez conscient que si vous ne maitrisez pas ce sujet, vous ne parviendrez pas facilement à vivre de votre activité. Des solutions : choisir un statut qui vous facilite la vie comme le portage salarial… ou déléguer à son conjoint ou un autre indépendant ce type de tâche.

Etes vous organisés ? Etes vous efficace ?

Si vous avez franchi le pas et que vous êtes indépendant, il est important de savoir comment vont se dérouler vos journées et votre semaine.

Organisez votre planning hebdomadaire et votre horaire, de préférence 8h00-12h00 et 14h00-17h30, comme au bureau afin d’être en phase avec vos clients et prospects -et en vous ménageant des moments de détente-.

Sachez que le plus grand danger est la procrastination et le manque de concentration ! Vous devez donc avoir un minimum de rigueur et penser à faire appel à des techniques d’efficacité personnelle (comme la technique Pomodoro).

Quel est votre niveau de rigueur ??

Vous devez être votre propre secrétaire car en indépendant, les journées filent rapidement. Vous devez donc vous organiser afin de respecter les horaires et les rendez-vous clés pour être en phase avec vos clients.

Votre rigueur vous permet d’afficher votre fiabilité, un critère de choix pour un donneur d’ordre.

A vous de jouer !

Voici un récapitulatif des points évoqués plus haut… Essayez d’évaluer votre situation et tentez d’améliorer les points en dessous de 4.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *