RH-Solution - Portage salarial

(01/16) Comparatif : 5 statuts pour 5 indépendants

Le magazine l’EXPANSION a sorti un hors-série spécial intitulé « la fin du salariat »*. Dans cet ouvrage complet (180 pages), un dossier concrèt compare différentes situations d’indépendants, repris ci-dessous (tableau). Attention, les chiffres annoncés dans l’article (« Ils disent oui à l’indépendance ») ne sont pas des revenus garantis, mais il est intéressant de sélectionner les cas les plus significatifs, afin de comprendre les principales motivations de chacun...

Le cas # 1 est celui d’une consultante en communication, en multi-activité. Vers 50 ans, elle a saisi des opportunités professionnelles, en devenant associée dans une agence de communication et en créant par ailleurs sa propre activité de Conseil (profession libérale). Son constat : des journées bien remplies, une activité lancée en 2 ans et une grande satisfaction personnelle.

Le cas # 2 est également celui d’un quinquagénaire. Dans le cas d’une restructuration, il rompt avec 23 ans d’activité de salarié dans la même société pour opérer un rapprochement familial… et devenir franchisé d’un réseau de Conseil (dirigeant de SASU). Son constat : un basculement rapide entre ses deux activités, grâce à la franchise. La satisfaction d’une activité en phase avec ses compétences même si au bout de six mois, les revenus sont encore irréguliers.

Le cas # 3 concerne un jeune auto entrepreneur. A 30 ans, ce plombier de formation fait le choix d’être indépendant avec un statut qui a subi de nombreuses modifications depuis sa création en 2009. Il ne voulait plus subir les contraintes des organisations hiérachiques rencontrées dans le privé, comme salarié. Il joue sur le bouche-à-oreille, les recommandatios sur internet et les outils numériques pour se faire connaître et tripler rapidement son activité.

Le # 4 est celui d’une consultante en portage salarial depuis 15 ans. Elle possède un profil d’experte et doit prospecter pour trouver ses clients. Constat : une grande satisfaction de n’avoir aucune gestion adminsitrative (sa sociéte de portage s’en charge) ce qui lui permet d’enchainer les missions et de rester avec un statut de « salariée ».

Le # 5 concerne une jeune travailleuse en EIRL indépendante (monitrice de conduite) qui a profité de la récente Loi Macron. Elle trouve ses clients via une marketplace (comme dans le cas de l’auto entrepreneur) pour une revenu supérieur à sa situation de salarié… Mëme si elle se plaint du RSI (le régime social des indépendants).

comparatif statut