Retour sur le statut d’indépendant en 2021 [sondage Ipsos-Peps]

Ecrit par Julien Sabatier
le 24 novembre 2021

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible.
Lire notre politique de confidentialité.

Extraits du Sondage orchestré par l’institut Ipsos, à la demande du PEPS – Syndicat des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial – juin 2021

L’année 2021 est bientôt terminée, alors il est temps de faire un petit retour en arrière. Voyons ce qu’il faut retenir de l’autoentrepreneuriat cette année.

Le freelancing aujourd’hui, ce sont des faits et des chiffres beaucoup plus positifs que ce que l’on peut penser

  • Malgré la crise du Covid 19, nous comptons 848 200 entreprises créées en 2020 ;
  • D’après l’APEC, 60% des cadres français sont prêts à quitter leur statut de salarié pour d’autres formes d’emploi ;
  • Le portage salarial, même si encore peu connu à l’heure actuelle, représente l’une des formes alternatives d’emploi les plus séduisantes.

Cela démontre un intérêt toujours grandissant pour le portage salarial. Pour rappel, il s’agit d’une solution pour indépendants afin que ces derniers puissent bénéficier des avantages du salariat (chômage, retraite, …) tout en préservant leur liberté propre au freelance.

Vous pouvez dès maintenant télécharger notre guide du Portage Salarial
pour tout connaitre à ce sujet.

Selon le sondage Ipsos – PEPS, parmi 350 travailleurs indépendants éligibles au statut de salariés portés :

  • On relève une parité respectée (ratio très proche du 50/50) ;
  • Les tranches d’âge les plus représentées sont les 35-44 ans ainsi que les 25-34 ans ;
  • Les métiers créatifs, l’informatique/le digital, le coaching/la formation, la rédaction et la traduction
  • 54% des sondés sont dans une micro-entreprise, 15% en EU/EURL, contre 3% en portage salarial ;
  • Environ 42% des indépendants sondés ont commencé à travailler en tant que freelance entre 31 et 45 ans ;
  • 64% d’entre eux exercent depuis plus de 3 ans, ce qui traduit un mode de travail qui leur convient ;
  • En termes de nombre de clients en simultané, 75% des indépendants gèrent jusqu’à 5 clients ;
  • Ils sont presque 90% à pratiquer le télétravail (partiel ou complet).

Comme on peut le voir, le profil moyen du travailleur indépendant est assez vaste, que ce soit en termes d’âge, de domaine de compétences, ou encore d’expérience. Mais presque tous partagent le télétravail comme point commun, ce qui est à noter.

Toujours selon le même sondage, l’on peut constater d’un point de vue « Indépendance vs portage salarial » que :

  • La majorité des freelances se lancent dans l’auto-entreprenariat pour organiser librement son emploi du temps ainsi que choisir ses missions et clients ;
  • Les principales difficultés rencontrées en tant qu’indépendant est l’inconstance des revenus ainsi que le fait de trouver des clients ;
  • 82% des freelance n’ont pas une connaissance exacte de ce qu’est le portage salarial (par désintérêt, souhait de s’y intéresser, ou par manque d’informations) ;
  • La possibilité de maintenir son statut d’indépendant tout en bénéficiant des avantages des salariés et la régularité des revenus, représentent les arguments majeurs du portage salarial ;
  • La présence d’une commission et la contrainte de présenter un chiffre d’affaires minimum sont les grands inconvénients du portage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *